Mozomotane City



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Sekkei Clampbell


le chien des Baskerville ;
avatar
Messages : 346

Identité
Âge : 47
Race: Autre
Nom : 1m65
Léa Ubel
MessageSam 30 Juin - 13:42

† Votre personnage †




♦> Nom : Clampbell
♦> Prénom : Sekkei
♦> Âge : 20 ans d’apparence
♦> Sexe : masculin
♦> Orientation sexuelle : ne sait jamais poser la question.
♦> Nationalité : anglo-japonaise
♦> Race & pouvoirs ou armes : Sekkei est un ange n’ayant aucune arme. Il a bien sur un arc et des flèches mais comme ceux-ci sont faits à partir de particules spirituels, « l’arme » irradie comme la lune d’une lumière bleuté. A cause de cette particularité a ton considérer qu’il s’agissait d’un pouvoir. Il en possède d’autres comme la télépathie, l’électricité et le contrôle du vent. Mais son arme préférée, qu’il utilise étrangement rarement est le contrôle de chaine qu’il fait apparaitre grâce à son sang. En fait il se serre du fer et des minéraux contenus dans ce liquide pour les créer. Il ne peut pas conjuguer ses différents pouvoirs qui sont tous des pouvoirs offensifs utilise pour des attaques à longues portée. Il s’avère dont en fâcheuse posture dans des combats rapprocher et esquive du mieux qu’il peut, bien qu’il puisse électrocuter son adversaire si celui-ci est proche de lui. Il peut également camoufler la présence de ses pouvoirs.
♦> Rang & métier : a hérité du titre de noble et du poste de directeur de son père
♦> Lieu d'habitation : il vit pour l’instant dans un hôtel en attendant que les droits de succession soit réglés.

♦> Description physique (au moins 5 lignes) :
physique androgyne longs cheveux blancs comme la neige, léger comme de la soie et doux comme du satin, bien que depuis qu’il a emménagé en Angleterre il possède une mèche rouge sur le côté gauche de son visage. Les deux pépites d’or de Sekkei qui lui servent de regard, contrastent à ravir avec ses fins sourcils brun et ses cheveux blanc. A le regarder de loin, on pourrait croire qu’il se les ait décoloré mais ce n’est pas le cas. On dit que les yeux sont le miroir de l’âme, dans son cas il s’agit de tout son visage qui est extrêmement expressif. Son coup est long et fin. Sa peau douce et fine comme celle d’un nouveau né.
Ceci est l’apparence qu’il aborde tous les jours.

Il jamais il advenait qu’un jour il se devait de reprendre forme angélique on aurait du mal à le reconnaitre. Pourtant il y a peu de changement. Il a abandonné ses ailes il y a fort longtemps, n’a pas d’âge, ses cheveux sont toujours long et blanc et sans mèche rouge sur le côté. Cependant ils sont ramenés en arrière et tirés de telle sorte qu’ils forment un chignon. Des lunettes sur les yeux, ça fait plus sérieux (lol. Et en plus ça rime). Quand aux habits, il en possède deux, tous deux blancs. Un costume trois pièces à broderies dorée sur le col et le bord des manches qu’il porte quant il utilise son pouvoir de l’air. Et autre costume semblable à une robe entourée de nombreuses chaines qui ternissent la tenue et l’empêchent de bouger aisément.

♦> Description mentale (au moins 5 lignes) :
réservé, timide, peu locasse mais très cultivé, il a beaucoup de mal à se faire à la mentalité occidentale. Du moins ne fait-il rien à la manière occidentale. Face à un étranger, il restera planter sur place sans savoir quoi faire. Il est de nature très calme mais lorsqu’on le met dans un endroit inconnu il est d’une nervosité sans précédant. Dans ce cas là, il faut savoir être extrêmement patient, ou alors le secoué comme un paquet de chiffon. Malgré le fait qu’il ne regarde jamais les gens dans les yeux, il est très observateur et méticuleux aussi lui arrivera-t-il se stopper les gestes d’un serveur pour l’empècher de vous servi r un deuxième sucre alors que d’ordinaire vous n’en prenez qu’un. Voir pis, de faire le travail à sa place. Ceci est du à son éducation au milieu des geishas, où il apprit l’art de la discussion, de la musique, du chant et de la danse. En bref, il n’a en rien la mentalité d’un noble et celle de l’homme d’affaire qu’il se doit devenir. Mais quand il se bat c’est tout autre chose.

♦> Histoire (au moins 12 lignes) :
lorsque l’entrepreneur Clampbell mouru, ces collègues et partenaires se frottèrent les mains tant l’argent que cet homme d’affaire avait cumulé était astronomique. Réputé pour être un homme qui brisait tout autour de lui et qui régnait en tirant sur ses entreprises, personne ne pensa le pleurer une seule fois. Cet homme leur avait joué à tous des sals tours qu’il leur avait été impossible de digérer. Aussi crurent-ils que mort, sa ruse et la peur de son ombre disparaitrait avec lui. Ils eurent torts, car ce vieux filou leur joua à toutes la plus belle pièce que sa collection. Là, couché sur son testament Mr Clampbell prétendait nonchalamment que…

Lorsque la porte de la pièce où il se trouvait s’ouvrit, il n’y porta pas attention et continua d’astiquer le plancher. Aussi fut-il surpris de voir Mizu s’accroupir près de lui et apposer sa main sur la sienne pour l’inciter à s’arrêter. Mizu était comme sa sœur, son nom signifiait « eau », on le lui avait donné car ses yeux étaient d’un bleu ciel sublime. Quand à lui, sa mère avait longtemps hésité entre Sekkei, signifiant neige éternelle, et Awayuki , dont la traduction est la suivante : faible chute de neige. Au final elle avait fini par opter pour Sekkei.
Lorsqu’il suivit Mizu vers le bureau de la matrone, il ne pu que constater qu’un silence s’était abattu sur l’okiya. En temps normal aucun homme ne pouvait pénétrer dans ce lieu qu’est l’okiya et encore moins y vivre, mais comme il était né d’une de ses geishas et qu’il avait su se rendre invisible et indispensable à la bonne maintenance des lieux on lui avait permis de rester. Ca c’était l’histoire qu’il avait implanté dans le cerveau tous. La vérité était qu’il était un ange, ayant abandonné ses ailes, ou plutôt qui s’était mis en congés à durée indéterminée. Ecoeuré par la mentalité de ses semblables il était parti.

Dés l’instant où il vit le visage tiré de Kiria, la patronne de l’okiya, il su que quelque chose s’était produit. Lorsqu’il ressortit du bureau avec Mizu sur les talons, il n’adressa la parole à personne. Tous deux restèrent jusqu’à nuit tombée devant la tombe de sa mère, morte alors qu’il n’avait que 9 ans.

Deux jours plus tard il avait tronqué ses kimonos pour un ensemble trois pièces et se trouvait à Londres, en Angleterre, bien loin de sa ville et son pays « natal » le Japon, pour gérer le testament de l’inconnu qu’était son paternel qui se nommait Clampbell.

† Derrière l'écran †

♦> Prénom & surnom :
♦> Âge :
♦> Ce que vous aimez/ n'aimez pas :
♦> Comment avez-vous connu le forum :


Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1