Mozomotane City



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Suetsugu Kimihiko


Invité ;
avatar
Invité
MessageMer 20 Juin - 4:57


Suetsugu Kimihiko


*Adresse d'une image de votre personnages 150 x 150*


Prénom
Kimihiko
Nom
Suetsugu Kimihiko
Surnom : [Mafia : Manabu Fujita], Kimi, Tsugu
Age
41 ans
Race
Humain (futur esclave/vampire/démon, tout dépend de ce que son amant cherchera, il n’en demeurera pas moins seme en tant qu’esclave)
Métier
Maître des marchés de minuit – Traite de drogue et d’esclaves sexuels ou non. (lord)
Pays d'Origine
Japon
Attirance sexuelle
Bisexuel
Type
Condom - Ambivalent à tendances très, très, très dominantes

Physique





Kimihiko, un homme qui, du haut de son 1m83, dépasse d’une tête la majorité des Japonais est un véritable géant. À quarante et un ans, il fait très bel homme, il porte plus que magnifiquement l’âge duquel il est fier.  Ses belles grandes mains sont pâles, musclées sans pourtant être usées, salies d’un métier qu’il a repris des mains de son oncle.  Son expression, insensiblement douce, un visage imberbe plaisant à regarder, l’habillage purement traditionnel des japonais lui saillant à ravir sur un corps tout juste assez musclé pour plaire. Ses mouvements sont lents, gracieux, mais peuvent devenir d’une terrible précision quand il s’agit de manipuler le couteau, le fusil ou l’éventail. Un énorme tatouage salit son dos longiligne d’une sensualité dont il est fier. Il est un homme dont le physique n’inspire que le respect, rien de ses voyous de minuit qui revendent la drogue qu’il fait arriver à Mozomotane pour adoucir les souffrances des nombreuses créatures qui hantent les nuits de la ville. Sa voix est claire, charismatique, munie d’une caresse rauque qui enjolive l’oreille, son regard infiniment doux souvent teinté d’une once de moquerie. En le regardant, vous savez qu’il n’a jamais touché la drogue ou même fait autre chose que se trouver à la tête d’une mafia des plus puissantes. Le voir en costume cravate ou en civil sans qu’il ne porte kimono ou yukata est une véritable rareté. Il rajeunit presque sous les vêtements et demeure d’une profonde élégance.

Mental



Vous êtes à genoux devant lui, maintenu par deux hommes de main alors qu’un homme, complètement beau, pointe le canon dénudé de son arme sur votre tête, un sourire à la fois tendre et rassurant sur les lèvres, il tire, rien ne se passe. Voyez-vous, il n’est plus du genre à salir ses mains ou encore le tapis de sa maison close. Pourtant on vous sort et tout ce qu’il vous reste à espérer, c’est de ne pas être assez beau pour être complètement drogué puis vendu comme esclave sexuel après un entraînement brutal. La laideur puis la mort suffiraient à au moins sauver le peu d’honneur et d’égo qu’il devrait vous rester après la torture. Kimihiko vous a rassuré, convaincu, carrément séduit par son intellect et sa culture, mais vous l’avez déçu. Il n’aime pas les déceptions, surtout quand elles portent un nom et que c’est le vôtre. Kimihiko n’oublie pas et ne pardonne pas. Vous le saviez pourtant.

Possédant le plus grand réseau international de traite d’humains, un réseau de revente de drogue moyennement connu et un réseau d’informations, le japonais de 41 ans est un homme dont l’existence sombre est aussi désirée que détestée. Les forces de l’ordre le connaissent comme un riche entrepreneur intègre et de confiance, la mafia ignore quel est son véritable nom et le vénère comme un véritable chef. Sa tête, une véritable légende, est à prix.

Joueur, enjôleur, d’une nature égocentrique et douce à la fois, Kimihiko est un homme aux savoirs curieux qui s’est installé à Mozomotane pour servir une clientèle bien différente de ce que certains pourraient imaginer. Il travaille de cœur avec démons comme vampires qui sont la principale clientèle pour ses services de vente d’esclaves qui eux-mêmes paieraient énormément pour n’importe quelle forme de drogue. Doté d’un tact et d’une élégance issus d’une éducation minutieuse et stricte, il est cependant très ouvert d’esprit, précieux et protégeable. Il n’est pas possessif, cruel en étant doux même avec ses victimes, dénué d’empathie ou de sympathie réelle même s’il sait très bien y prétendre. Même s’il se sait exceptionnel, il n’en a pas moins de reconnaissance pour ses subalternes dont il est fier, il ne souffre en aucun cas d’arrogance même s’il ne connaît pas le pardon et que sa gentillesse, est un couvercle sur beaucoup de cruauté.

C’est sans le paraître cependant qu’il a un véritable cœur sur la main, il adore ceux qu’il appelle ses amis qui sont très rares. Sa confiance est quelque chose de ridiculement difficile d’accès.

Marié par le passé à une femme merveilleuse, s’il peut chercher satisfaction sexuelle, il ne cherche plus de relations sérieuses depuis la mort tragique de celle-ci.

Histoire



Né dans le red light de Tokyo sous la douce brise musicale d’un violoncelle joué par son oncle, Kimihiko, seul garçon de la grande famille Suetsugu en devint l’héritier de nom, rapidement adopté par son oncle qui dût logiquement se débarrasser de son frère et de sa belle-sœur devenus problématiques. Le garçonnet vécu dans l’amour paternel sans borne de son oncle qui l’éleva comme son fils sans jamais donner la peine de lui expliquer la cause de la mort de ses parents.

Le violoncelle prit place dans la vie de Kimihiko comme une seconde nature, un des quelques rares instants partagés avec son père d’adoption qui ne revenait souvent que pour lui donner des leçons de musiques, le reste du savoir étant dûment inculqué par la maisonnée, soit langues, mathématiques, bonnes manières, arts oratoires. Suivant un chemin qu’on avait largement tracé devant lui pour lui plaire, le garçon intégra une école privée de laquelle il ressortit premier de classe avec mention, intégra une bonne université où il apprit les finances et le marketing. Entrepreneur, intègre, extraverti, doté d’un sens de leadership, structuré, il demeurait toujours en tête de son groupe, cette douceur qui le suivait si bien lui donnant un nom plaisant à citer quand on voulait se vanter d’avoir tel ami.

Il avait à peu près vingt ans lorsque son oncle lui donna un emploi à temps partiel, soit la gestion des finances de nuit de la famille ‘‘Manabu’’, intégrant le jeune homme au bel héritage familial qu’il connaissait si bien. À vingt-et-un ans, il fit abattre une première personne, soit un collègue à son emploi à temps partiel auquel il avait fait l’amour. La raison du meurtre était la plaque de police qu’il avait trouvée dans sa poche en ramassant ses vêtements. Ce fut probablement la seule et la dernière fois qu’on lui brisa le cœur aussi terriblement.

À vingt-deux ans il rencontra Kanade, la femme qu’il épouserait à ses vingt-six ans et qui mourrait dans ses bras à ses trente ans. Le besoin de vengeance fut un sentiment tout nouveau pour Kimihiko qui avait tout fait pour éloigner sa femme de la terrible réalité de son travail nocturne, il avait si bien fait qu’elle n’en avait rien su avant de se faire enlever puis cribler de balles. Elle avait aussi perdu l’enfant caché au creux de son ventre lourd et rond. Il ne s’en était jamais remis et fit tuer son oncle qui avait subventionné le meurtre de sa femme tant aimée car avec raison, il avait cru qu’elle n’aurait pas su remplir son rôle des maîtresse de la mafia Japonaise.

Reprenant le titre de maître du marché des esclaves, Maître Suetsugu quitta Tokyo pour un espace plus reculé où il établit son repère, attiré comme par un aimant dans une ville minimaliste qu’il aida dans son expansion légale comme illégale. Il y rencontra les premiers vampires et chefs d’ordres politiques ou non, s’y tailla une place sans difficulté en tant que seigneur. Aujourd’hui, Mozomotane, à défaut d’être son plus grand centre de commerce illégal, est le point central de la marchandise de la plus haute qualité qui souvent se voit déportée en seconde main à Tokyo.

Ce qu'il aime
Quand les gens sont à son service, il se plaît à voir les autres sourire et offrir le meilleur des services à la clientèle, quitte à se faire passer comme esclave d’une nuit quand le plaisir de la chair lui tente. Il adore les enfants, sans aucune arrières pensées, il rêve toujours d’être père. Il aime le côté légal ou illégal de son métier et la confiance que les autres peuvent lui donner.
Ce qu'il n'aime pas
Il déteste la condescendance, l’absence de bonne tenue, les traitres et la déception qui en suit.


Habitations
[50ième étage] Le manoir urbain
D’inspiration purement Japonaise, sa demeure est un manoir urbain, un grand loft composé d’une multitude d’appartements bien postée dans les derniers étages d’un immeuble à bureau lui appartenant et lui procurant un revenu clair et plus légal que la traite d’esclave.

[Red light district] La maison close
Son domaine de vente est une villa qu’on appelle « La maison close », d’inspiration victorienne, large et montée à la pointe nord de la cité, la villa est un comble de richesses où les clients de qualité se rendent pour se procurer des esclaves de qualité.

Du côté de la réalité



Prénom ou surnom: (Pourquoi pas les deux)Je crois que plus d’une consommation devront m’être offertes avant que je vous les avoues.
Comment avez-vous connu le forum?:  Top site?
Le forum vous plait-il?: Je ne me suis pas inscrit pour rien même si le design est peté.
Double compte?: Jerediah Bastionnet à effacer
Des remarques?: //


Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageMer 20 Juin - 20:13

Bienvenue ^^
Tu es validé /o/ Si tu veux je vais créer les catégories pour tes maisons.



PS: Design peté ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageMer 20 Juin - 21:14

design qui ne lui plaît pas trop x)

Aussi non bienvenu à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageMer 20 Juin - 21:15

Ba il va être content je bosse sur un new design /o/
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageJeu 21 Juin - 0:34

Par peté je disais que le fond d'écran hyper coloré était assez surprenant. XD

Sinon oui, je veux bien, le premier rp devrait avoir lieu dans la maison close.
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageSam 23 Juin - 16:23

Bienvenue!!!
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageSam 23 Juin - 17:06

Merci beaucoup, sir Zellgadise. Si vous cherchez un esclave, vous savez où vous rendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageSam 23 Juin - 19:52

Un dominant etun autre dominant? A reflechir
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageDim 24 Juin - 0:40

*Un brin surpris.* Certes, ça peut être une option, mais je vous invitais plutôt à venir vous acheter un esclave. *Trop vieux pour se battre pour la place du dessus.*

(Je vais devoir me trouver de la marchandise aussi, les dominants affluent sur ce fo')
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageDim 24 Juin - 12:06

Ca peut aussi ce faire (j'avoue on est beaucoup de dominant ^^' )
Revenir en haut Aller en bas

le chien des Baskerville ;
avatar
Messages : 346

Identité
Âge : 47
Race: Autre
Nom : 1m65
Léa Ubel
MessageLun 25 Juin - 20:12

C'est vrai. Et les rares dominés trouvent moyen de se mêtre ensemble. XD Vraiment imcompréhensible la vie
Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageLun 25 Juin - 20:18

Tu invites Komura à l'enchère Su? Ca ferait deux clients comme ça.

*deux acheteurs pour ma modeste personne. Chouette*
Revenir en haut Aller en bas

;
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1