Mozomotane City



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Yù un phénomène contrôlable. Hey !


Invité ;
avatar
Invité
MessageSam 28 Jan - 13:56


Muzai Yùgaina


*Adresse d'une image de votre personnages 150 x 150*


Prénom
Yùgaina
Nom
Muzai
Age
19 ans
Race
A voir ...
Métier
Coursier si possible...
Pays d'Origine
Amérique
Attirance sexuelle
Bisexuel
Type
Ambi

Physique



Je suis blond, les cheveux ébouriffés, plutôt grand mon corps fin et musclé est un délice pour les yeux. Mon visage et doux, j'ai le regard triste et rêveur, sauf lorsque je m'amuse, un sourire de désire s'affiche et ma vue devient perçante, parlant de ça, mon pouce, mon indexe et mon auriculaire son vernis de noir, j'entour mes yeux d'un trait de crayon noir pour rendre mon regard encore plus sombre et triste.  Lorsque mon intérêt devint plus fort mes mouvements deviennent rapides et légers comme si mon corps n'était qu'un gaz. A L'inverse lorsque je m'ennuis, mon corps se clame, mes mouvement devienne amples et fluide, mes yeux reprenne une attitude triste est songeuse, de leurs bleu vert qui reflet mon passé. Les gens se sente ente en sécurité vers moi ma présence est rassurante, pourtant je ne suis qu'un concentré de méchanceté. Mes habits sont simples, je porte des pantalons serré, noirs de préférence, mes chaussures sont discrètes et silencieuse.  Je laisse traîner de multiples tissus à carreaux noir et blanc derrière moi. Je prote sur eux de mes superbe doigts, deux bagues. Une en or assez voyante et l'autre une ronde d'argent plutôt simple, j'aime les bijoux, le gel, oui car ma coiffure ne tiens pas toute seul ....Ce que j'aime par-dessus tout ce sont les bonbons et les pâtisseries, je garde toujours dans ma bouche une sucette, c'est un de mes passe-temps, comme écouter de la musique, je garde en permanence mes écouteurs dans les oreilles, il faut vraiment une bonne raison de me les faire enlever.

Mental



Je porte un masque, un masque sombre. Je ne parle que très rarement, je reste sans émotion, personne ne penserais de moi que
je suis un fou. Vous me voyez discret, pourtant je suis partout où le mot mal est prononcé. Oui je suis un manipulateur machiavélique, un génie du mal qui organise des complots des gangs de braquage ou des meurtres sans même me salir les mains. Tout le monde ne connaît que mon nom sans savoir qui se cache derrière. Allez prononcer mon nom quelque part, les gens tremblerons, par contre lorsque je marche dans la rue, personne ne pourrais se douter que je suis celui qu'il craigne tant. Sous ce masque calme et innocent je suis un fou incontrôlable, psychopathe, criminel, je ne supporte pas qu'on me donne des ordres pourtant je fais semblant de les suivre pour cacher ma vrais nature. Je suis un monstre, je n'ai pas de pitié mais j'ai des sentiments, je suis accroc aux sentiments, je recherche leurs extrêmes, oui chez moi mais aussi chez les gens, les émotions peuvent influencer un homme, qui ferais un choix qu'il n'aurait jamais fait. Les émotions change les gens, d'ailleurs c'est ce qui rend les humains intéressant. Que puis-je vous dire de plus, J'aime les bonbons, je ne mange que ça, les sucreries les pâtisseries rien de ce qui est sucré ne m’échappe, je n'aime pas m'ennuyer, je le fuis, j'ai peur de lui, ça doit être la seul chose qui m'effraye. L'ennui me plonge dans la folie, je me perds, t je m'enfonce dans le néant de mon génie, qui m'aspire et m'emmène dans l'abime de ma conscience. C'est pour cela que je suis incontrôlable, intouchable, je roule simplement sur ma moto entre toutes les affaires louches et les livraisons.

Histoire



Comme je vous l'ai dit mon père m’a laissé tomber un jour alors je n'en sais pas plus.
Mais je peux vous parler de lui ...
J'étais dans la rue depuis quelques mois, il faisait froid je vivais durement entouré des meutes de chiens errants, volant de quoi me nourrir. J'étais pitoyable, un chien oui j'étais un chien errant. Mais lui ce jour-là, lorsqu'il a attrapé ma main alors que je l'avais glissé dans sa poche pour lui prendre son argent, ce jour-là au moment où j'ai sentis sa peau, la chaleur de sa main, j'ai senti que ma vie allé changer.
Il ne m’a pas lâché ma main, il m'a tiré, sans me montrer son visage, sans dire un mot, puis devant le commissariat il s’est retourné, et son regard perçant, aux cernes profonds, il m'a dit d'une voix faible est grave:
"Tu viens avec moi ou tu vas avec eux"
Sur le coup ne voulant pas aller en prison je lui répondit clairement et sans hésitation que oui je le suivais, alors il m'a pris dans ses bras, et m'a caché sous son blouson en cuir noire.
Je commençai à vivre à ses côté, dans son petit apparemment plongé perpétuellement dans le noir, remplit d'ordinateur en tous genre, décoré avec des armes et des munitions, oui il était tueur à gage. Au début j'étais considéré comme son chien, il m'avait posé du papier journal dans un coin et une gamelle qu'il remplissait tous les soirs en rentrant.
Il rentrait, pas tous le temps mai il rentrait, parfois blessé, mais il rentrait et remplissait ma gamelle. Ca me suffisait amplement, pendant qu'il n'était pas là je découvrais peu à peu la magie du monde informatique, son immensité.
Le jour je sortais et j'observais es gens qui passe et la nuit j'entrais dans le monde de la nuit est d'internet.
Puis il m'a ramené un oreiller, au début je n'ai pas compris mais après tous.
Puis j'ai eu un lit, et ensuite un ordinateur à moi, alors là j'ai plus du tout suivit. Un soir alors qu'il remplissait mon assiette je lui ai demandé, a oui on avait des règles, "pas de question a part au repas, ne pas aller dans sa chambre, jamais sortir par la porte d'entrée (j'avais une petite porte à l'arrière qui s'ouvrait sur les toits) et surtout pas d'autre personne dans la maison !
Je lui posai la question et il ne me répondait pas.
Quelques jours après il m’apprit à me servir d'une arme. Pendant des mois, je suivais un entrainement intensif, mais de plus en plus je me sentais apprécié, et moi-même je commençais à le supporter. J’avais l’impression qu’il faisait de plus en plus attention à ce que je disais, je m’attachait a lui, voulant de plus en plus le voir et être auprès de lui, je voulais m’accrocher a lui pour ne pas qu’il reparte. Je le voulais pour moi tous seul, sentir encore une fois le contacte de sa peau contre la mienne, comme lors de notre première rencontre. Et a chaque fois que j’approchais ma main pour le toucher, il se rapprochait comme si avec le temps nos corps se réclamaient mutuellement…
Il commençait à s'ouvrir et il me parlait plus de lui, moi j’attendais impatient qu’il rentre pour entendre les quelques mots qu’ils me prononceraient, et lorsque qu’il ouvrait la bouche, un sentiment me réchauffait le cœur, comme si pour la première fois j’étais à ma place dans ce monde.
J'aimais cette vie, grâce à lui je me sentais bien, je crois que je l'aimais, trop passionnément, je voulais rester avec lui jusqu’à sa mort, mais un soir alors que nous étions sur un contrat, j'ai fait une gaffe, la plus grosse bourde de ma vie, parce qu'il a perdu la sienne pour sauver la mienne. Ce soir la lorsque je le tenais dans mes bras, son corps se refroidissant peu à peu, ses lèvre bleutée qui me crachaient avec mal des mots, que je n'aurais jamais crus entendre de sa bouche
"Yùgaina, mon Yùga, tu es si beau ce soir, dommage je doive te laisser, je t'ai...ai…"
Sans même dire ce que j'attendais qu'il me dise depuis tellement de temps il mourut dans mes bras, me laissant dans ce monde son corps dans mes mains.

"Et je dis quoi moi, hein !? Tu me laisse là sans finir de me dire ce que j'ai toujours voulus que tu me dises depuis tout ce temps ! Reste enfoiré ! Tu n'as pas le droit de mourir, je 't'aime moi aussi noooon reste! Reste avec moi!"

En pleur je voulais lui dire, mais il ne m'entendait pas... J'avais beau crier, ses yeux restaient clos, je voulais l'embrasser mais je n'y arrivais pas... Je crois que c'est dès cet instant que j'ai perdu la raison.

Ce qu'il aime
Les bonbons et les pâtisseries, la musique et les embrouilles.
Ce qu'il n'aime pas
S'ennuyer, les trop gentils, les chose trop parfaites, les légumes ...

Du côté de la réalité



Prénom ou surnom: (Pourquoi pas les deux) Muz ou Yù comme vous préférez ? Pour les intimes Yùga ♥
Comment avez-vous connu le forum?: Internet vous connaissez ? Moi oui alors ...
Le forum vous plait-il?: J'aime la déco mais pas la bannière (dsl) Le reste pas touche *w*
Double compte?: Non je suis unique ♫
Des remarques?: ♫ J'aime les frittes les amis, pour le rp je ne serais pas souvent la le week mais la semaine c'est sur sur msn si vous avez des questions xixixi, je suis à l'internat galère pour suivre ... ♫


Revenir en haut Aller en bas

Invité ;
avatar
Invité
MessageSam 28 Jan - 14:07

Tu es validé /O/


Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la folie vient à prendre le dessus.
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» Tout est sous contrôle
» Le contrôleur doit se réveiller [Royaume kinétiques]
» Il était une fois, dans une contrée lointaine... [Endolion]